Avis Express

Pas le temps de niaiser ! Mon avis en quelques mots sur les sorties 2021 :

Shanch-Chi et la légende des 10 anneaux – Kung pas foufou

Passées de très jolies scènes d’action dont les chorégraphies n’ont rien à envier aux grands classiques du film de Kung-Fu, le dernier né de l’écurie Marvel respire encore trop le teen movie, dont il emprunte volontiers les défauts. Reste l’envie de voir son héros évoluer dans un univers plus adulte – et dans le MCU – pour pouvoir en extraire tout le potentiel.;

Jungle Cruise – Cool de source

Jamais très loin d’Indiana Jones et de Pirates des Caraïbes, ce sympathique film d’aventure adapté de l’attraction Disney du même nom s’impose comme l’un des meilleurs divertissements de l’année grâce à sa puissance esthétique, son rythme tambour battant, et surtout grâce au duo The Rock/Emily Blunt. Of course !

The Suicide Squad – L’Homme qui tombe à pic

Quand James Gunn, à qui l’on doit les 2 premiers Gardiens de la Galaxie, arrive en homme providentiel pour rebooter le naufrage Suicide Squad premier du nom, cela donne ça : un cocktail explosif, coloré, ambitieux, malin, inventif et rock’n roll. Tout ce qu’on attend d’un méchant made in DC, en somme, non ?

Fast & Furious 9 – La Force Tranquille

Fidèle à son concept de surenchère, la franchise joue à jeu égal avec les 4 précédents opus, ni plus, ni moins, sur la base du cahier des charges habituel. Du pop-corn movie masterclass autour duquel tout le monde consent à poser le cerveau pour mieux s’en délecter. A voir entre potes, évidemment !

Comment je suis devenu super-héros – Bas les masques

La sympathie de Pio Marmaï n’y changera rien : le premier film de super-héros français – qu’on avait tant attendu ! – est une sacrée déception. La faute à une direction d’acteurs inexistante, de nombreux bégaiements, un gros ventre mou et des personnages pas vraiment fédérateurs. Le tout dans un film, à l’arrivée, idéalement taillé pour Netflix.

Présidents – Dissidence Politique

Cette comédie légère, truculente et bien interprétée a ceci d’original qu’elle se situe en équilibre entre réel et fictif : en allant chercher des personnages réels pour les déconstruire ou bien les relire, et ainsi mieux chatouiller la politique. On regrettera toutefois qu’Anne Fontaine n’aille pas forcément au bout de son sujet…

5ème Set – Terre battue

Alex Lutz s’investit de tout son talent dans ce rôle extrêmement fort de tennisman en fin de carrière. Le film se contente d’une mise en scène assez conventionnelle mais Quentin Reynaud a su mettre énormément de lui-même dans ce film très intimiste. Et surtout : jamais un match de tennis ne nous avait procuré tant de frisson à l’écran !

Sans un bruit 2 – Silence on re-tourne !

Il n’y avait aucune raison de se priver d’un 2ème volet tant le premier nous avait saisi ! Emily Blunt compose cette fois-ci avec un Cillian Murphy toujours impeccable, pour un résultat strictement équivalent à Sans un Bruit, premier du nom. Et avec une mise en scène toujours ultra-sensorielle ! Un must have du cinéma d’horreur…

Lupin – Vol de nuit

En conciliant avec adresse l’adaptation du mythe aux codes modernes, Lupin a bien su tromper son monde (moi le premier). Une sympathique petite série pop-corn made in France, avec un Omar Sy plus solaire que jamais. Si la saison 2 s’essouffle un poil, le charme demeure !

Army of the dead – Casse à Vegas !

Zack Snyder opère un retour aux sources avec un film de zombies rutilant, original et esthétiquement superbe. Un véritable pop-corn movie du samedi soir dont on ne voit absolument pas passer les 2 heures 30. Bien bourrin, mais rudement efficace !

Raya & le dernier dragon – Dragon ride

Cultivant son chemin de croix inclusif et féministe, Disney produit ici un joli cocktail pétri d’imagination, aux personnages attachants et à l’esthétique toujours impeccable. Malheureusement toujours loin derrière Vaiana – invaincue à ce jour – en termes de scénario…

Mandibules – Mouche qui peut !

Quentin Dupieux embarque le Palmashow dans un road-trip barré : deux débiles découvrent une mouche géante dans leur coffre de bagnole, avant de croiser la route d’une Adèle Exarchopoulos hilarante comme jamais. Avec ce qui semble être une fin, une vraie, pour une fois.

Soul – Vague à l’âme

Délibérément ancré dans un cinéma d’animation plus adulte que jamais, Soul propose un questionnement très juste sur le sens de nos existences tout en s’appuyant sur une prouesse technique inégalée. Maintenant, imaginez ça décuplé par la magie d’une projection en salles…