Qu’importe le délai acceptable avant d’y revenir, il fallait un jour ou l’autre cathartiser le traumatisme sur grand écran. Mettre en scène les évènements de novembre 2015, de près ou de loin, pour se remémorer, et revoir Paris, aussi. Six ans tout pile après les faits, deux films se saisissent du sujet. A chacun son approche.

Benoît Magimel et Virginie Efira – Copyright Pathé Distribution

Revoir Paris – Le puzzle traumatique

Un soir de novembre dans une brasserie parisienne. Une femme croise le regard d’un homme. Quand soudain des tirs retentissent. L’assaut dure quelques secondes et puis…black out. Commence alors pour Alice, atteinte d’amnésie partielle, un long chemin de croix destiné à rassembler les pièces du puzzle.

La bonne idée : avoir cherché à questionner le chamboulement intérieur provoqué par un tel évènement. Comment 5 petites minutes suffisent à changer un individu, son rapport aux autres. Un parti pris parfaitement illustré par la mise en scène tout en retenue d’Alice Winocour, s’effaçant constamment au profit des personnages et de leurs émotions.

Sans surprise, Virginie Efira est impeccable dans cette quête de résilience et de reconstitution mémorielle, face à un Benoît Magimel cabotinant de plus belle. Et si par son côté fleuve Revoir Paris se révèle assez oubliable, il n’en demeure pas moins – et paradoxalement – essentiel en tant qu’œuvre mémoire, et d’une pudeur exemplaire face au traumatisme collectif.


Anaïs Demoustier

Novembre : La traque sous tension

Tombés dans les bras de Cédric Jimenez, le film avait un double défi : ne pas sombrer dans la récupération politique comme l’eut été Bac Nord – le précédent film du réalisateur – avec les extrêmes et surtout, respecter les victimes, leurs proches et les faits qui se sont déroulés dans les 5 jours qui ont suivi les attaques de Paris.

La bonne idée : s’être placé du point de vue des flics et de l’enquête autour de laquelle s’articule le film (la traque des terroristes en fuite dans Paris), jamais très loin dans l’esprit d’un Zero Dark Thirty. Et surtout, sans jamais montrer le moindre corps ni la moindre goutte de sang.

Ovationné à Cannes, Novembre est un pur film de flics, fondé sur une écriture réaliste (le scénario a été validé par les flics ayant vécu les faits) et des interprétations d’une justesse idéale, jamais au-dessus du réalisme injecté dans le film. Un moment fort, tant pour la nervosité de sa mise en scène que pour l’agilité avec laquelle il traite son sujet.

Leave a comment